Lactofermentation, le grand boom

EN BREF

Zoom sur les nouveautés en lien avec le jardin et le jardinage

news_sommaire

DOSSIER

La lactofermentation revient à la mode

dossier_sommaire

DOSSIER

Des recettes faciles pour s’initier à cette technique

dossier_sommaire2

ÉVASION

À la découverte des plus belles collections botaniques

flanerie_sommaire

PRATIQUE

Comment mettre en place un minipotager

dix_sommaire

PRATIQUE

Faire analyser son sol vaut-il la peine?

analyse_sommaire2

NOTRE TEST

Le potager connecté, mode d’emploi

potager_sommaire

SHOPPING

Coup de projecteur sur quelques outils conçus pour se faciliter la vie

shopping_sommaire

LE CALENDRIER

Notre sélection des principales manifestations 2020

agenda_sommaire

LES LIVRES

Piste de lecture pour cultiver sa passion

livre_sommaire

PRATIQUE

Dix conseils pour booster votre minipotager

 

La place que vous avez à disposition est inversement proportionnelle à votre ambition? Rassurez-vous, il est possible de produire une quantité importante de légumes et de fruits sur une petite surface. Voici un rappel des règles de base.

Beaucoup rêvent d’un grand jardin où fruits et légumes pousseraient en abondance. Hélas, tout le monde n’a pas la chance d’avoir des mètres carrés extensibles pour assouvir ses envies potagères. Mais, à défaut de pouvoir augmenter la surface à disposition, il est possible de mettre en œuvre plusieurs astuces qui vous aideront à optimiser vos récoltes, aussi bien en termes de volume que de durée.

 

1. JARDINER AU CARRÉ

Le jardinage en carrés est une méthode permettant de gagner de l’espace, puisque les végétaux y sont par définition plantés plus serrés. Cette solution est donc particulièrement indiquée pour les petites surfaces. Chaque carré doit avoir des mensurations précises, le standard étant de 1 m 20 pour chaque côté. Cette surface peut ensuite être divisée en 16 cases de taille similaire pour y faire pousser un nombre égal de plantes différentes. En fonction de l’espace à disposition, vous pouvez bien entendu cultiver autant de carrés que vous le désirez.

 

2. CHOISIR LE BON EMPLACEMENT

Pour espérer récolter de beaux légumes, il faut avant tout du soleil. Choisissez pour votre futur potager un emplacement bénéficiant d’un minimum de 6 à 8 heures d’ensoleillement par jour. Dans le cas où vous prévoyez de faire essentiellement pousser des légumes feuilles (laitue, mesclun, épinards, chou frisé, bettes ou herbes aromatiques), un coin à mi-ombre pourra également convenir.

 

3. DESSINER LE POTAGER IDÉAL

Les premiers travaux au jardin se feront au chaud, papier et crayon en main. Commencez par établir un plan pour organiser votre carré potager. Sur une année, chacun pourra accueillir 4 cultures successives. Une bonne planification permet de préserver les qualités fertiles du sol grâce au principe de rotation des cultures que l’on retrouve en permaculture et dans l’agriculture biologique ou biodynamique.  Celui-ci offre par ailleurs une meilleure défense contre les parasites.

 

4. ALTERNER LES RYTHMES

Lorsque c’est possible, choisir des variétés grimpantes en jouant sur la hauteur pour gagner de la place. Autre astuce: installer dans la même case du carré des légumes à la croissance rapide, comme les radis, et d’autres ayant une croissance plus lente, comme le piment ou encore l’aubergine. Il faudra à ces derniers deux mois pour prendre de l’ampleur, ce qui vous laissera le temps de faire une, voire plusieurs petites récoltes de radis dans l’intervalle.

 

5. INVESTIR DANS UN BON TERREAU

Pas de belles récoltes sans une terre de qualité... Étant donné qu’un carré représente un volume d’environ 240 litres, l’investissement financier pour le remplir est tout à fait raisonnable compte tenu de tout ce que vous y ferez pousser au cours des prochaines années. Jardineries et grandes surfaces proposent un vaste choix de terreaux pour potager, au point qu’il n’est pas toujours facile de se décider. Le mieux est de demander conseil à un spécialiste. Idéalement, privilégiez ceux qui ne contiennent pas de tourbe, l’extraction de cette matière première naturelle n’étant pas durable. 

 

6. DU SOLEIL POUR TOUT LE MONDE

Il est primordial de veiller à ce que les légumes ne se fassent pas d’ombre. Les grandes plantes ne doivent pas empêcher les plus petites de profiter du soleil. On placera donc les plantes grimpantes côté nord. Les plantes basses, elles, seront logées dans les cases sud et sur les côtés. Au milieu, on plantera logiquement les légumes de taille moyenne, comme le céleri ou les haricots nains. La planification décrite au point 3 permet d’avoir une bonne vue d’ensemble de chaque projet et de corriger d'éventuelles incohérences.

 

7. GARDER L’ŒIL OUVERT

Le suivi des cultures en carré est le même que pour un potager traditionnel. À la belle saison, assurez-vous régulièrement du bon état de santé des plantes. Soyez en particulier attentif à bien regarder sous les feuilles pour détecter d’éventuelles présences d’œufs ainsi que l’apparition de taches ou de traces de morsures de limaces. En cas d’attaque d’un ravageur, n’hésitez pas à remplacer une plante qui aurait été fortement touchée. Pour ce qui est du désherbage, il ne vous prendra pas beaucoup de temps, puisque le jardinage en carré se caractérise par une forte densité de plantes qui ne laisse quasiment aucune place aux indésirables.

 

8. PRÉVENIR LES MAUVAISES SURPRISES

Certaines aromatiques comme la menthe ou la mélisse sont des envahisseuses naturelles. Si vous les plantez dans votre ­minipotager, vous risquez de les voir pulluler. Pour contenir leurs tendances à l’expansion, vous pouvez les mettre en terre directement avec leurs pots.

 

9. ARROSER AVEC ATTENTION

Ce n’est pas parce que votre potager est petit qu’il a moins besoin d’être arrosé. Au contraire: pour une surface équivalente à un potager traditionnel, le jardin en carrés est plus gourmand en eau. En période ensoleillée, un ou deux arrosoirs trois fois par semaine – de préférence le soir – sont recommandés par carré. Si vous partez en vacances, demandez à un voisin de s’occuper de vos plantes. À défaut, vous pouvez installer un système de goutteur, qui sera relié à un réservoir de plus ou moins grande taille.

 

10. LAISSER LE JARDIN SE REPOSER

Une fois la saison de jardin terminée, faites un état des lieux. Les fanes de tomates noircies par le gel, par exemple, pourront être évacuées, de même que les autres plantes ayant souffert du froid. Profitez de rajouter du terreau, du compost et un peu d’engrais organique pour redynamiser le substrat et remettre le sol à niveau.

 

ALEXANDER ZELENKA

300 kilos de légumes sur seulement 150m2

Situé aux  portes de Rouen, en Normandie, le potager de Joseph Chauffrey est devenu la référence absolue pour tous ceux qui souhaitent booster la productivité de leur lopin de terre. Ce jardinier amateur, qui s’est formé à la permaculture au Bec-Hellouin, a créé un jardin urbain d’une surface de 150m2, qui lui permet de récolter plus de 300 kilos de légumes par an.

+ D’INFOS Retrouvez sur www.terrenature.ch l’article paru après la visite de ce jardin extraordinaire, dans notre édition du 25 juillet 2019.

Publicité