Du potager à l'assiette

TENDANCE

Zoom sur les nouveautés en lien avec le jardin et le jardinage

enbref_sommaire

DOSSIER DU POTAGER À L’ASSIETTE

Le potager géant du Chalet-des-Enfants

dossier_sommaire

DOSSIER DU POTAGER À L’ASSIETTE

Cinq amateurs de jardinage partagent leurs recettes

dossier_entree_recette

DOSSIER DU POTAGER À L’ASSIETTE

Des fruits et légumes faciles à cultiver

dessin_bette_177724168

ÉVASION

À la découverte des plus beaux jardins botaniques du Tessin

bonheur_sommaire

PRATIQUE

Aménagez balcons et terrasses pour la belle saison

jardiner_sommaire

PRATIQUE

Compost, mode d’emploi

compost_sommaire

PRATIQUE

Nos conseils pour planter un framboisier

planter_sommaire

PRATIQUE

Les dernières tendances shopping

shopping_sommaire

+ LE CALENDRIER

Les principales manifestations liées au jardin en Suisse romande et en France voisine

calendrier_sommaire

Notre sélection de livres

selection_sommaire

PRATIQUE

© DR

De l’art du compostage


C’est l’idéal pour recycler épluchures, déchets de taille et fleurs fanées! Le compost transforme vos déchets végétaux en fertilisant. Vos plantes apprécieront!

Des épluchures, quelques tontes de gazon, des déchets de taille, un peu d’eau et d’air: voilà les ingrédients du compost! Sans rien ajouter à ce que la nature nous offre, on obtient en quelques mois, et avec un peu de soin, une matière noire, grumeleuse, très riche en éléments fertilisants. On l’utilisera parcimonieusement pour redonner au sol les substances nutritives qui favoriseront la bonne croissance des plantes. L’activité microbienne ainsi stimulée limite l’essor des maladies. Le compost améliore également la structure du sol, ce qui favorise le développement des racines et facilite l’infiltration de l’eau.
Si l’on dispose d’un jardin, il est relativement facile d’installer un bac de compostage dans un petit coin discret. Il existe, pour ce faire, différentes structures: du silo en treillis, basique, mais pas forcément très pratique, au thermocomposteur fermé, en plastique. Il n’est pas très esthétique, mais favorise le processus de décomposition. Ces systèmes doivent être posés à même le sol, pour permettre l’arrivée naturelle d’organismes vivants composteurs.
Sans lopin de terre, on peut aujourd’hui parfaitement faire son propre compost, grâce à des bacs modulables, les lombricomposteurs. Comme leur nom l’indique, ils sont livrés avec un bataillon de lombrics, car ce sont ces vers, présents naturellement dans le sol, qui vont transformer la matière organique en véritable or brun pour le jardin. Designers et jardiniers rivalisent désormais pour créer des systèmes aussi pratiques qu’attractifs. 

 

MARJORIE BORN

PRÉPARATION

 

Ingrédients 

Matière brune: déchets de taille, branchages broyés ou coupés, feuilles mortes, écorces, paille.

Matière verte: épluchures, tonte de gazon (modérément), déchets de jardin, fleurs coupées. Le succès du compost repose sur l’apport combiné de déchets verts et de matières sèches structurantes.

Il faut également que l’air puisse s’infiltrer et que subsiste une certaine humidité pour que la température augmente et que la transformation s’opère. À cet effet, il faut régulièrement brasser le compost et veiller à l’arroser si nécessaire.

Utilisations 

En fine couche sur la terre légèrement travaillée du potager, avant les semis et plantations. Au pied des arbres fruitiers, au printemps. Mélangé à deux tiers de terre végétale pour les plantations en pot. 

En pratique 

Au jardin: silo en bois non imprégné, à poser sur de légères fondations, couvercle et ouvertures latérales pour favoriser l’aération.

Sur le balcon ou la terrasse: bac sur pieds, principalement en matière plastique, comportant plusieurs plateaux et un couvercle. Nécessite l’achat de lombrics.

Prêt à l’emploi: compost de jardin mûr très riche en éléments nutritifs, avec 50% de matière sèche prêt à être utilisé au jardin ou en mélange dans des bacs.

Publicité