Détour n°2 - Mai 2018

EN BREF

L’actualité des Alpes vaudoises

news_sommaire

DÉCOUVRIR

Voyage au cœur des alpes vaudoises

decouvrir_sommaire

RENCONTRER

L’Étivaz

3

ADMIRER

Le portfolio

admirer_sommaire

RACONTER

Bollywood glacier

5

EXPLORER

Vingt façons de déguster les Alpes vaudoises

6

SAVOURER

Les délices du terroir

savourer_sommaire

BOIRE UN VERRE

Nos bonnes adresses

8

SE RESTAURER

Nos bonnes adresses

9

DORMIR

Nos bonnes adresses

10

MANIFESTATIONS

Calendrier des principales manifestations

11

EN BREF

L’ACTUALITÉ DES ALPES VAUDOISES

DES MINES QUI NE MANQUENT PAS DE SEL

 

La légende raconte qu’il y a cinq cents ans, un berger découvrit, grâce à sa chèvre, du sel au cœur du massif alpin, non loin d’Ollon. Cette histoire, les mines de sel de Bex la remettent au goût du jour dans leur toute nouvelle identité visuelle.

Après un an et demi de travaux, elles viennent en effet d’inaugurer plusieurs réaménagements destinés à mieux faire connaître au grand public l’exploitation saline en Pays de Vaud. Le front de la galerie principale du Bouillet a ainsi été agrandi et une nouvelle gare créée. Une galerie piétonne a été creusée pour rejoindre la salle des Cristaux. L’aspect muséal n’est pas en reste, avec une unité de production permettant de visualiser la transformation de la saumure en sel. À quoi s’ajoutent un spectacle audiovisuel, une galerie d’art et un pavillon extérieur pouvant servir d’espace de dégustation. Ces modifications muséologiques visent une augmentation de la fréquentation approchant les 25%, avec un objectif de 80’000 visiteurs par année.

 

www.seldesalpes.ch

GRYON, HAUT LIEU DU POLAR

 

Troisième enquête à l’horizon pour l’inspecteur Andreas Auer, héros gryonnais des romans policiers de Marc Voltenauer (photo). Si l’auteur ne nous en dira pas plus sur l’intrigue de ce prochain polar, qui devrait sortir début 2019, il n’est pas peu fier d’annoncer que «Le dragon du Muveran», son premier succès, sera disponible en version audio dès ce mois de juin, avec à la clé la création d’un parcours didactique à suivre avec une application. On pourra ainsi visiter, à Gryon, les lieux du crime tout en écoutant des extraits du livre.

 

www.marcvoltenauer.com

SIGNALEZ LES ARBRES REMARQUABLES

 

Les grands et vieux arbres isolés sont des témoins vivants de l’histoire, éléments clés du paysage et refuges pour la biodiversité. Le Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut et le Groupement forestier Leysin-Les Ormonts invitent ainsi le grand public à signaler les arbres remarquables isolés de la région, présentant un intérêt particulier par leur âge, leur forme, leur dimension, leur histoire ou leur emplacement. Cet inventaire participatif, qui concerne le territoire du parc ainsi que celui des communes d’Ormont-Dessus, Ormont-Dessous et Leysin, constituera une bonne base pour améliorer leur protection. Parmi les arbres signalés, des coups de coeur seront choisis. Les personnes les ayant désignés seront invitées à faire une sortie avec les forestiers de leur région.

 

www.gruyerepaysdenhaut.ch

JEUNESSE EN FORME OLYMPIQUE

 

En 2020, Lausanne accueillera la 3e édition des Jeux olympiques de la jeunesse, dont plusieurs compétitions se dérouleront dans les Alpes vaudoises. Pas moins de 1880 jeunes de 15 à 18 ans y participeront du 10 au 19 janvier. Les épreuves de ski alpin, ski alpinisme, freestyle et snowboard se dérouleront aux Diablerets, à Leysin et à Villars.

 

www.lausanne2020.com

SUR LE TOIT DU PAYS DE VAUD

 

Le sommet des Diablerets, avec ses 3209 mètres d’altitude, est le point culminant du canton de Vaud. Les premiers alpinistes à y parvenir, en 1850, faisaient partie d’une expédition menée par le pionnier bernois Gottlieb Studer, vainqueur du Wildhorn en 1843 et cofondateur du Club alpin suisse. Le chasseur de chamois ormonan Jean-David Ansermoz y a participé comme guide local.

LES PEINTRES À L'HONNEUR

 

Les Ormonts ont inspiré de nombreux peintres, qui y ont vécu ou séjourné dès le milieu du XIXe siècle. Certains sont restés célèbres, tel Frédéric Rouge, mais bien d’autres, moins connus, ont sublimé la vallée, ses paysages alpins et ses traditions de l’époque avec un talent remarquable. En témoigne la centaine de tableaux actuellement exposés au Musée des Ormonts, parmi lesquels ces deux toiles de Charles Parisod. L’artiste vaudois, qui a passé la fin de sa vie aux Diablerets, de 1936 à 1943, a représenté ici le temple séculaire de Cergnat ainsi que le plateau des Mosses.

 

Du 2 juin au 28 octobre 2018 au Musée des Ormonts, à Vers-L’Église,
www.museeormonts.ch

DÉCOUPAGE TOUT EN DOUCEUR

 

Les découpages typiques du Pays-d’Enhaut sont plus que jamais tendance! La maison Cailler ne s’y est pas trompée, choisissant ces motifs pour le nouveau design de ses boîtes de chocolats. Mais qui se cache derrière ces œuvres d’une grande finesse?

Découpeuse établie à Château-d’Œx, Marianne Dubuis avait déjà réalisé plusieurs projets de déco, notamment pour les boulangeries-pâtisseries Early Beck et un créateur belge de tissus d’intérieur. Mais cette commande-là a représenté pour elle un sacré défi, relevé avec un plaisir non dissimulé. «J’ai trouvé passionnant de concevoir et découper ces saynètes qui racontent l’histoire de la maison, en essayant de faire passer autant d’émotion que de douceur.» Aussi joviale que discrète, l’artiste se consacre actuellement à la préparation d’une exposition personnelle qui marquera, l’an prochain, ses quarante ans de découpage. Après l’univers des pralinés, c’est sur le thème de l’eau que dansent maintenant ses ciseaux.

 

http://mariannedubuis.ch

UN PAN D’HISTOIRE LOCALE RESTAURÉ

 

La clairière de Tréchadèze, en dessous du col de la Croix, a été le théâtre d’une bataille mémorable, il y a tout juste 220 ans. C’est en effet là que, le 5 mars 1798, les Ormonans ont battu les troupes valdofrançaises, venues libérer le Pays de Vaud du joug bernois. À l’endroit même où ont eu lieu les affrontements ne subsiste plus qu’un des sept chalets d’alpage de l’époque, resté quasi en l’état. La fondation VD3209 – nom correspondant à l’altitude du sommet des Diablerets – a pour projet de le restaurer et de l’ouvrir au public. Dans la partie rurale du bâtiment sera ainsi installée une exposition relatant les événements de cette «guerre dans le Haut-Pays». Pour accéder au chalet, un sentier a été aménagé par la fondation depuis la route du col de la Croix. Il sera prochainement doté de panneaux didactiques retraçant l’histoire des Ormonts.

 

www.vd3209.ch

 

CÉLINE PRIOR

QUAND L’EPFL REVISITE LA TRADITION

 

Le site de la gare de Rossinière, à deux pas de l’emblématique Grand Chalet de Balthus, est au cœur d’un vaste projet alliant savoir-faire ancestral et techniques novatrices. Un bâtiment de 3500m2 devrait ainsi y voir le jour en 2019.

Ce qui fera son originalité? Conçu en partenariat avec les professionnels de l’IBois, chaire du bois de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), il sera réalisé par des entreprises de la région en privilégiant des matériaux 100% locaux. Mis au point par les chercheurs de l’EPFL, des systèmes de construction innovants seront expérimentés, tels des caissons en bois massif isolés grâce à l’air. «Avoir recours à des technologies de pointe tout en s’inspirant de l’architecture en madriers des anciens pour, au final, se fondre au mieux dans le paysage de la commune: le défi est de taille. Et l’enjeu économique aussi, puisque l’objectif est de valoriser au maximum la filière bois, très importante sur notre territoire», s’enthousiasme le syndic, Jean-Pierre Neff. Intégrant une nouvelle gare, ce Centre des activités de Rossinière – abrégé CARoss – sera avant tout destiné aux sociétés et artisans locaux. Le groupement forestier, les herboristes du Jardin des Monts ou encore le personnel administratif du Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut ont déjà manifesté leur intérêt pour y installer des locaux.

 

https://ibois.epfl.chwww.rossiniere.ch

Publicité