Lactofermentation, le grand boom

EN BREF

Zoom sur les nouveautés en lien avec le jardin et le jardinage

news_sommaire

DOSSIER

La lactofermentation revient à la mode

dossier_sommaire

DOSSIER

Des recettes faciles pour s’initier à cette technique

dossier_sommaire2

ÉVASION

À la découverte des plus belles collections botaniques

flanerie_sommaire

PRATIQUE

Comment mettre en place un minipotager

dix_sommaire

PRATIQUE

Faire analyser son sol vaut-il la peine?

analyse_sommaire2

NOTRE TEST

Le potager connecté, mode d’emploi

potager_sommaire

SHOPPING

Coup de projecteur sur quelques outils conçus pour se faciliter la vie

shopping_sommaire

LE CALENDRIER

Notre sélection des principales manifestations 2020

agenda_sommaire

LES LIVRES

Piste de lecture pour cultiver sa passion

livre_sommaire

NOTRE TEST

© PHOTOS CLÉMENT GRANDJEAN

Potager connecté: la technologie au service du jardinier urbain

 

En toute saison, les jardins d’intérieur permettent de faire pousser aromates, fleurs et légumes, grâce à un système de lumière artificielle relié au smartphone. Nous avons testé pour vous cet outil novateur durant quelques mois.

Posé sur une table près d’une pile de journaux, il attire les regards et fait l’objet de discussions entre collègues. Lui, c’est Lilo, le potager de la rédaction, trônant au milieu des locaux de Terre & Nature. Pourtant, pas de terre à l’horizon, ni même de soleil: connecté, Lilo offre ses services à tous les novices du jardinage et les citadins en manque de verdure. Tendance depuis quelques années déjà, cet appareil novateur se retrouve aujourd’hui dans de nombreux magasins d’électronique, sous toutes les formes, les marques et les couleurs. Le nôtre, blanc et épuré, a d’abord suscité des remarques des plus sceptiques. «Comment ça marche, ce truc?» «Y a pas assez de place pour que ça pousse!» «Et les saisons, on s’en fiche?»

Il est vrai que ce drôle d’objet a de quoi intriguer. Composé de trois petits pots et d’une structure en bois, il a été livré quelques jours après sa commande avec des capsules de semences au choix. Et quelle variété! Menthe marocaine, estragon, lavande, batavia, minipoivrons et même tournesols et pétunias. Son fonctionnement est simplissime: nul besoin en effet de s’équiper d’une pelle et d’un râteau, puisque, une fois le kit ouvert, les graines sont déjà en terre, mélangées à du terreau et des nutriments. Il suffit alors de remplir les réservoirs d’eau – geste à répéter deux fois par mois – et d’y intégrer les capsules flottantes, pour que les racines soient naturellement oxygénées. Ainsi, les plantes puisent l’eau dont elles ont besoin pour s’épanouir, en toute autonomie.

Un potager connecté nécessite peu de travail puisque les graines sont déjà mélangées à du terreau et des nutriments. Il suffit de remplir les réservoirs d’eau deux fois par mois pour que les plantes poussent en toute autonomie.

Une invention de paresseux? C’est possible... Quelques manipulations s’imposent tout de même avant de se lancer. La véritable prouesse de ce jardinet 2.0 réside en effet dans son système de LED, qu’il faut régler avec une application gratuite sur smartphone. Celle-ci permet de programmer en plein mois de mars la moutarde sur «mode été» et le persil sur «mode printemps», en reproduisant la lumière naturelle durant la journée. Une fois l’appareil branché, le cycle d’éclairage est configuré pour fonctionner entre douze et quatorze heures par jour.

 

POUSSE GARANTIE

Afin d’agrémenter les salades de la pause de midi et d’égayer les apéros, nous avons choisi la ciboulette, les minitomates et le basilic pour constituer notre potager d’intérieur. Une fois les deux premières capsules mises en place, une semaine d’attente a été nécessaire avant de planter le basilic, qui a besoin de moins de temps de germination. Pour ne pas oublier cette date butoir, un «journal de pousse» proposé sur l’application nous a envoyé une notification de rappel le jour J.

La première semaine, chacun a surveillé attentivement la métamorphose des plates-bandes miniatures. Mais les signes de vie ont tardé à se montrer. On en serait presque venu à confondre l’objet avec une lampe de bureau lorsque, un lundi matin, de minuscules pousses vertes et tendres ont pointé le bout de leurs feuilles, à la surprise générale. D’ailleurs sur leur site, les créateurs de Lilo préviennent que «la pousse des capsules est garantie pour les lancements dans l’année qui suit l’achat». À noter qu’en cas d’infertilité, de nouvelles graines sont envoyées gratuitement par l’entreprise. Le système est bien rodé et laisse peu de place à l’incertitude. D’après le pronostic des concepteurs de ce potager connecté, les récoltes peuvent s’effectuer environ quatre semaines après la germination et durent de deux à trois mois, suivant la variété.

Les plus et les moins

 

LES POINTS POSITIFS

  • Très autonome.
  • Germination au bout de quelques jours.
  • Grand choix de graines bios avec plus de quarante capsules.
  • Application smartphone intuitive.
  • Peu gourmand en énergie avec une consommation totale de 7 W pour 37 LED.

 

LES POINTS NÉGATIFS

  • Certaines graines peuvent moisir.
  • Les capsules doivent être remplacées tous les deux ou trois mois.
  • Les tomates ont peu de goût.
  • Quantité insuffisante pour une récolte quotidienne.

EXPÉRIENCE LUDIQUE MAIS...

Une fois les premiers brins sortis de terre, ils ont rapidement gagné quelques centimètres. Les seules tâches régulières consistaient à rehausser les LED, pour ne pas surexposer les tiges à la lumière, et souffler de temps en temps sur les plantes, pour favoriser la pollinisation. Le basilic s’est rapidement démarqué de la ciboulette et des minitomates et a poussé à une vitesse étonnante, débordant sur ses voisines et embaumant la pièce de ses senteurs estivales. Au contraire de la ciboulette, qui s’est éteinte petit à petit, ne ressemblant plus qu’à une pauvre touffe d’herbe rabougrie. Quant aux tomates, elles ont grandi et rosi au fur et à mesure des semaines, enchantant les passants visuellement, mais les décevant une fois en bouche. «Mais ça n’a pas de goût...» «C’est plein de flotte!» «Il n’y en aura jamais assez pour nourrir tout le monde», ont râlé certains. Moins de dix tomates cerises à servir à l’apéro, c’est effectivement un peu maigre... Le basilic, en revanche, a permis la confection d’un plat de pâtes au pesto particulièrement réussi pour quatre personnes. Mais après une attente de plus de trois mois.

Quelles conclusions tirer de cette expérience? Que Lilo est ludique, sans aucun doute. Qu’il interpelle et attise la curiosité, tout en illustrant les progrès de la technologie, aussi. Il ne faut toutefois pas s’attendre à renouer avec le travail de la terre ou à se reconnecter au rythme du vivant et des saisons. Ni même se nourrir régulièrement, comme le permet un potager traditionnel. En somme, Lilo est un gadget efficient et prévisible, bien loin des surprises, délices et beautés qu’un jardin nous offre tout au long de l’année.

 

LILA ERARD

+ D’INFOS www.pretapousser.com

Test effectué sur le potager d’intérieur modèle Lilo.

Publicité