AGRITOURISME

EN BREF

Zoom sur les nouveautés en lien avec l’agritourisme

1

FOCUS

L’agritourisme est en plein essor

2

REPORTAGE

Immersion dans le quotidien d’une exploitation des Préalpes fribourgeoises

dossier_sommaire

DOSSIER

La Route du Cœur, 720 kilomètres à travers une Suisse de carte postale

4

INSOLITE

Découvrir le Jura bernois à dos de mulet

5

ÉVASION

Notre sélection de destinations agritouristiques

6

ÉVASION

Sous les soleils de Lavaux

7

ÉVASION

À cheval dans les Franches

8

ÉVASION

L’Entlebuch au (sur)naturel

9

ÉVASION

Authentique Emmental

10

ÉVASION

Le goût du Zürioberland

11

SAVEURS

Les délices du terroir valaisan

12

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans les cantons de Genève, de Vaud et en région lémanique

19

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans les cantons du Jura et de Fribourg

17

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi en région bâloise et canton de Berne

16

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans l’Oberland bernois et le canton d’Argovie

adresses_lucerne_sommaire

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans le canton de Lucerne et les régions des Quatre-Cantons et zurichoise

adresses_zurich_sommaire

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi en Suisse orientale et dans le canton du Valais

adresses_valais_sommaire

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans les cantons des Grisons et du Tessin

adresses_tessin_sommaire

SAVEURS

LES BONS PRODUITS DU TERROIR

Fromage à raclette, pain de seigle, salaisons ou cépages rares... le Valais regorge de produits savoureux élaborés dans le respect de la tradition.

LE PARFUM SUBTIL DE L’OR ROUGE

 

Chaque année, au mois d’octobre, de délicats bourgeons mauves éclosent dans les champs du village de Mund, près de Brigue. Pour les habitants, c’est le signal d’une longue journée de travail qui commence. Après la floraison à l’aube, les fleurs fanent le soir même, nécessitant d’être cueillies et séchées rapidement. Depuis 1977, la récolte traditionnelle de Crocus sativus permet de produire entre deux et trois kilos de safran par an à partir de leurs stigmates de couleur rouge. Un savoir-faire unique en Suisse, qui se transmet de génération en génération depuis plus d’un siècle. Délicieux dans un risotto, une soupe ou une sauce, le safran de Mund AOP peut aussi parfumer du pain voire un parfait glacé. À déguster au restaurant du village. 

 

Restaurant Safran, Bernhard Loretan, Dorf 4, 3903 Mund, tél. 027 923 13 76.

LES SALAISONS, UNE HISTOIRE DE TRADITION

 

Viande séchée, lard, saucisses ou jambon cru: les salaisons sont une tradition, voire une institution en Valais! A l’origine, les conditions climatiques rudes en milieu alpin forçaient les habitants à constituer des réserves pouvant être conservées de manière durable. Mais si les méthodes de salaison et de séchage de la viande se sont longtemps transmises de génération en génération, la production est désormais une activité artisanale à part entière, exercée par une cinquantaine de professionnels à travers le canton. Leur fabrication répond à un strict cahier des charges: la viande séchée du Valais, produite à base de bœuf, est ainsi une IGP depuis 2003 tandis que le jambon cru et le lard sec du Valais, à base de porc, sont protégés, également en tant qu’IGP, depuis 2015.

 

Salaisons d’Anniviers, route des Landoux 35, 3961 Vissoie, tél. 027 475 21 21,

www.salaisons-anniviers.mozello.ch

FONDU SERA LE FROMAGE

La légende raconte que c’est un vigneron valaisan qui a inventé la raclette, en approchant sans le vouloir une meule trop près de son feu. Si la pratique s’est répandue dès le XVIe siècle, le terme de «raclette» a véritablement commencé à être utilisé en 1874. Confectionné traditionnellement avec du lait de vache cru, ce produit typique est transformé et affiné exclusivement dans les fromageries artisanales du canton, à l’exception d’un alpage situé dans la commune de Kandersteg (BE). À Martigny, la Fromathèque en propose également une version au lait de brebis, grande gagnante du Championnat du monde des fromages aux États-Unis, en 2018. À tester avec des pommes de terre en robe des champs, des courgettes à l’aigre-doux et un verre de fendant.

 

La Fromathèque

route du Grand-Saint-Bernard 28, 1921 Martigny-Croix

tél. 027 565 86 86, www.lafromatheque.ch

LONGUE VIE AU SEIGLE D’ANTAN

Il y a plus de 800 ans, le seigle nourrissait déjà les paysans valaisans. Résistante à la neige, à la canicule et à la sécheresse, cette céréale était cultivée dans tout le canton, y compris en altitude. Grâce à sa longue conservation, le pain de seigle occupait une place de choix sur les tables des habitants des vallées. Élaboré uniquement avec des ingrédients naturels – farine, eau, sel, levure et levain –, ce produit rustique riche en fibres et en vitamines a toujours la cote. Bien que la culture du seigle se soit marginalisée, une trentaine d’agriculteurs perpétuent la tradition. Chaque année, près d’un million de pains ronds sont confectionnés par les boulangeries valaisannes certifiées AOP. Décliné aujourd’hui sous plusieurs formes, notamment en chips ou en petites perles, le seigle poursuit sa conquête des palais gourmands.

 

Boulangerie, traiteur et restaurant Zenhäusern

chemin du Lazaret 5, 1950 Sion

tél. 027 327 327 (Succursales à Martigny, Sierre, Conthey, Grône, Savièse, Brigue, Viège et Naters).

DES HERBES AUX PRÉCIEUSES VERTUS

Au cœur des Alpes valaisannes, thym, verveine odorante, stévia et mélisse citronnelle s’étendent à perte de vue. Au mois de juin, c’est l’heure de la première cueillette. Du val d’Entremont au val de Bagnes, en passant par le coteau de l’adret du Valais central, de nombreux producteurs s’affairent à récolter ces brins odorants. Depuis 1985, la coopérative Valplantes, à Sembrancher, en regroupe une quarantaine, soit trente espèces de plantes aromatiques et médicinales biologiques. À l’image de la famille Morard, à Ayent, à la tête de huit hectares de différentes variétés de menthe: poivrée, pomme, marocaine ou encore citrata. Prisées par l’industrie cosmétique, ces plantes aux multiples vertus – astringentes, antiseptiques ou encore digestives – se retrouvent notamment dans les fameuses pastilles Ricola, certains thés froids et les tisanes délicieusement parfumées du Grand-Saint-Bernard. 

 

À retrouver dans les supermarchés Coop et Migros, www.valplantes.ch

DES BIÈRES QUI SENTENT LA MONTAGNE

La Suisse est devenue ces dernières années le pays qui compte le plus de microbrasseries par habitant au monde, et le Valais n’échappe pas à la tendance! De Brigue à Saint-Maurice, en passant par Saas-Fee et Martigny, on compte désormais une quarantaine de brasseries artisanales dans le Vieux-Pays. Citons par exemple celle de 7Peaks, à Morgins, dans le val d’Illiez. Ses fondateurs, Corinne et Robby Collins, se sont inspirés des Dents-du-Midi, en donnant le nom de leurs sommets à chacune des sept bières de styles différents qu’ils brassent tout au long de l’année. La Haute-Cime est dotée d’une belle robe noire et de saveurs intenses de chocolat amer et de café, tandis que la Forteresse offre des saveurs intenses de framboises et de myrtilles. À noter que toutes sont brassées à plus de 1300 mètres d’altitude!

 

7Peaks, route de Bas-Vièze 83, 1875 Morgins,

tél. 024 565 18 72, www.7peaksbrasserie.ch

POUR UN ÉTÉ SUCRÉ

Vert sapin, jaune canari, rouge carmin. Ornées d’un papillon aux couleurs vives, les bouteilles de sirop de la maison Morand ne passent pas inaperçues. Depuis plus d’un siècle, elles accompagnent les journées estivales de nombreuses familles suisses. Tout commence à Martigny en 1889, quand un dénommé Louis Morand crée le Grand-Saint-Bernard, une liqueur aux plantes et au miel des Alpes, qui lui vaut une renommée immédiate. Désireux de mettre en valeur les fruits de sa région, il en profite pour se lancer dans la production d’eaux-de-vie de poire williams. Ces dernières, tout comme les abricots luizets et les pommes du Valais, deviendront les ingrédients de base des fameuses recettes de sirops. Aujourd’hui, la quatrième génération perpétue la tradition en commercialisant une quarantaine d’arômes aux saveurs variées, de la grenadine à l’abricot, en passant par la menthe et la fraise.

 

Distillerie Louis Morand & Cie, rue de Plaisance 2, 1920 Martigny

tél. 027 722 20 36, www.morand.ch

L’ABRICOT, PRINCE DES VERGERS VALAISANS

Le long du Rhône, de Sierre à Martigny, s’étend le royaume de l’abricot. Baignée de 300 jours de soleil par an, cette région peut se targuer d’être à l’origine de 96% de la production d’origine helvétique. Outre le traditionnel luizet, près de 70 variétés sont aujourd’hui cultivées, telles que le vick royal, le bergarouge ou encore le tardif de Tain. Plaisir gourmand de la saison estivale, ce délice des vergers se prête aussi bien à la confection de tartes, de confitures et de sorbets qu’à la préparation de plats salés. Sans oublier la fameuse abricotine AOP, idéale pour clôturer un repas de fête. 

 

Abricots et jus: Domaine de Courvieux

avenue de Fully, 1920 Martigny

tél. 077 464 61 81, www.abricot-valais.ch;

Eaux-de-vie et alcools: Distillerie Louis Morand & Cie,
place de Plaisance 2, 1920 Martigny.

SUBLIME AMIGNE

Voilà un cépage qui revient de loin! Jugée trop peu productive, l’amigne a en effet bien failli disparaître au début du XXe siècle. Elle s’est bien développée depuis la Seconde Guerre mondiale, et il en existe désormais une trentaine d’hectares à travers le monde. Mais c’est sur les coteaux de Vétroz que ce cépage autochtone s’exprime le mieux. Dans sa version surmaturée, elle touche au sublime. Sa robe jaune or, ourlée de reflets dorés, ainsi que son nez, ample et généreux, laissent augurer un moment unique lors de la dégustation. En bouche s’expriment fruits confits, agrumes, miel et vanille. Jamais la richesse en sucre ou le taux d’alcool élevé (14%) ne viennent masquer les arômes. Réputée mondialement, l’amigne surmaturée gagne encore en noblesse avec le temps.

 

Jean-René Germanier, route Cantonale 285, 1963 Vétroz

tél. 027 346 12 16

www.jrgermanier.ch

VIANDE D’HÉRENS, LE SUMMUM DU GOÛT

Avec leur cou puissant et leur front large, les vaches d’Hérens sont des montagnardes parfaites. D’un caractère vif, elles s’affrontent sur l’alpage ou lors des combats de reines durant la belle saison. Cette race ancestrale, qui se plaît en altitude, passe une majorité de l’année en montagne, se nourrissant notamment d’herbes aromatiques. En résulte une viande de caractère, sauvage et authentique, produite traditionnellement et en quantité limitée sur les hauteurs du canton. Partie noble de l’animal, la cuisse se prête à l’élaboration d’une viande séchée unique, grâce à des techniques de salaison et de séchage artisanales. La viande d’hérens est vendue par les restaurateurs et bouchers de la région sous le label «Fleurs d’Hérens, viande du Valais».

 

En vente notamment à la Boucherie du Grand-Saint-Bernard,

place du Clocher 18, 1937 Orsières, tél. 027 783 12 15;
chemin de la Chapalette 1, 1933 Sembrancher, tél. 027 785 30 40;

Grand-Rue 20, 1890 Saint-Maurice, tél. 024 485 30 27;

Grand-Pont 46, 1950 Sion, tél. 079 510 90 53.

Publicité