Ascona-Locarno

EN BREF

Les dernières nouvelles de d’Ascona-Locarno

en bref_sommaire

DÉCOUVRIR

Portrait de personnalités locales emblématiques qui partagent une même passion pour le terroir

decouvrir_sommaire

DÉVOILER

Le grotto, incarnation de la dolce vita à la tessinoise

grotti_sommaire

RENCONTRER

Instituteur à la retraite devenu meunier, Ilario Garbani a sauvé de l’oubli une spécialité locale à base de farine de maïs

croisade_sommaire

ADMIRER

Le charme sauvage des vallées d’Ascona-Locarno

portofolio_ascona_sommaire

RACONTER

La ville de Locarno est intimement liée au camélia, une fleur originaire du Japon au destin étonnant qui a trouvé dans cette partie du canton une seconde patrie

bd_ascona_sommaire

EXPLORER

Vingt idées d’activités sportives, culturelles ou épicuriennes pour découvrir la région dans toute sa diversité

explorer_ascona_sommaire

SAVOURER

Des fromages au vin en passant par le riz et autres spécialités, notre sélection gourmande met en valeur le savoir-faire des artisans locaux

savourer_ascona_sommaire

NOS ADRESSES

Grotti, terrasses, restaurants, hôtels, campings: nos suggestions pour bien préparer votre séjour

adresses_sommaire

AGENDA

Calendrier des principales manifestations

agenda_sommaire

EN BREF

LES DERNIÈRES NOUVELLES DE LA RÉGION D’ASCONA-LOCARNO

HÔTEL À CIEL OUVERT

 

Surplombant le lac Vogorno, dans le Val Verzasca, la bourgade de Corippo ne compte que 11 habitants, contre près de 300 en 1850. Classé monument historique, le plus petit village de Suisse s’apprête à devenir un hôtel villageois, ou albergo diffuso, selon le terme tessinois. Pour un prix variant entre 100 et 150 francs par nuit, il sera possible de louer un rustico, maison de pierres sèches typique de la région, avec son plancher originel, son jardin et ses fresques datant du XVIIe siècle. L’auberge de la place Principale fera office de réception. Un concept venu d’Italie pour relancer le tourisme local dans les régions reculées. Si la première maison – la Casa Arcotti – est déjà disponible, il faudra attendre la fin des rénovations du village pour profiter pleinement de cet hôtel à ciel ouvert, dès l’été 2020.

DES PAILLES EN PAILLE POUR PROTÉGER LA PLANÈTE

 

Au XVIe siècle, le tissage de la paille de seigle était une des activités phares des habitants du Val Onsernone. Si cet artisanat s’est peu à peu essoufflé, les membres de l’association Pagliarte, à Berzona, ont bien l’intention de le remettre au goût du jour. À l’intérieur de leur atelier, au milieu des chapeaux, sacs et ceintures faits à la main, des pailles biodégradables sont confectionnées à partir de paille de seigle. Une manière de protéger l’environnement en évitant le plastique, tout en donnant un nouvel élan à cette tradition. Intitulé «La paille qui raconte l’histoire de la paille d’Onsernone», ce projet a été l’un des 19 sélectionnés par l’Office fédéral de la culture, à l’occasion du programme «Patrimoine pour tous» lancé en 2018. Une contribution de 14’500 francs lui a été allouée, afin de développer la production d’ici à l’année prochaine, en collaboration avec l’association Farina Bóna, à Vergeletto. 

 

www.pagliarte.ch

UN VERGER PUBLIC SORT DE TERRE À ASCONA

 

Prune, poire, cerise, figue, noix ou encore raisin. Nombreux sont les fruits mis à disposition gratuitement des visiteurs dans le verger public du Patriziato d’Ascona, qui ouvrira ses portes au début du mois d’octobre prochain. Longeant le parcours de golf, ce terrain de 3500 m2 rassemblera également des plantes anciennes et rares, en collaboration avec ProSpecieRara, fondation suisse pour la diversité patrimoniale et génétique liée aux végétaux et aux animaux. Outre ces espaces cultivés, cours de yoga, fitness, gymnastique en plein air et projets d’éducation environnementale feront vivre le lieu. Unique en son genre au Tessin, cet espace de loisirs et de rencontres sera divisé en plusieurs sections distinctes, visant à retranscrire l’évolution de la relation entre l’homme et la nature au cours des siècles.

 

www.facebook.com/fruttetoascona

www.patriziatoascona.ch

ACHETER UN RUSTICO POUR 1 FRANC

 

Une maison de vacances dans le sauvage et tortueux Val Veddasca pour la modique somme de 1 franc, cela vous tente? Si l’offre semble irréelle, c’est pourtant ce que propose la commune de Gambarogno, située sur la rive sud du lac Majeur, en face d’Ascona. Son but: repeupler le hameau d’Indemini, abandonné depuis plus d’un demi-siècle. Neuf bâtisses en pierres sèches typiques du Tessin – appelées rustici – sont symboliquement mises en vente, afin de faire revivre la localité. En contrepartie, les propriétaires devront s’engager à restaurer les lieux selon des critères techniques précis dans un délai donné, pour préserver, entre autres, les toits en granit caractéristiques de la région. Les autorités espèrent ainsi créer une aire de villégiature pour les citadins et les touristes et, à terme, y construire un refuge de montagne.

UNE PASSERELLE FLOTTANTE SUR LE LAC MAJEUR

 

Sera-t-il bientôt possible de marcher sur l’eau? D’ici deux ans, une passerelle flottante de trois kilomètres reliant la ville d’Ascona aux îles Brissago devrait voir le jour. Inspirée d’un projet semblable conçu en 2016 par l’artiste Christo, en Italie, cette promenade lacustre de 14 mètres de large devrait permettre à quelque 1000 personnes de se rendre à pied chaque jour sur ces îlots de beauté et leur fameux jardin botanique. Baptisée WoW – pour Walk on Water –, l’installation représente un investissement privé de 25 millions de francs et restera en place cinq ans. Des pavillons didactiques présentant la faune, la flore et l’histoire du lac agrémenteront la balade, afin d’augmenter la fréquentation de ce lieu, qui a perdu plus de la moitié de ses visiteurs en dix ans. Si les Verts tessinois et le WWF sont favorables au projet, la Société tessinoise pour l’art et la nature et la Fondation suisse pour le paysage ont déposé un recours devant le Tribunal administratif, qui devrait être jugé d’ici à la fin de l’année.

LA SAUCISSE DE TOUS LES RECORDS

 

Deux heures vingt. C’est le temps qu’il a fallu à 26 maîtres charcutiers pour confectionner une luganighetta d’un kilomètre de long, en mai dernier, sur la Piazza Grande, à Locarno. Un record pour cette saucisse à rôtir typiquement tessinoise, dégustée depuis le XVIIe siècle dans le canton. Plus de 300 kilos de porcs suisses, sublimés par des épices locales, dont le poivre du Val Maggia, ont permis de former le chiffre 90, soit le nombre d’années écoulées depuis l’ouverture de la Boucherie Rapelli, à Stabio, organisatrice de l’événement. Une fois farcie et cuite, la saucisse géante a été coupée et distribuée à six restaurants de la ville, qui l’ont préparée selon 120 recettes différentes. Ce n’est pas la première fois que les bouchers de Rapelli font parler d’eux. En 2015, ils avaient déjà tenté l’expérience, en préparant une saucisse de 100 mètres de long.

 

www.rapelli.ch

AU ROYAUME DE LA PETITE REINE

 

Plus grand réseau de vélos en libre-service de Suisse, s’étendant de Cugnasco à Ascona jusqu’au Val Onsernone, le «bike sharing» tessinois a le vent en poupe. Quelque 500 vélos répartis sur une centaine de stations ont été installés l’année dernière, dont une majorité électrique. Cette année, une douzaine d’emplacements supplémentaires ont été inaugurés, notamment à Bellinzone et dans le Val Maggia, avec une vocation touristique plus marquée. En plus d’un an, le nombre d’abonnés a triplé, le vélo électrique séduisant toujours plus de promeneurs, de citadins... et de sportifs! Au mois de mai dernier, la compétition internationale World e-bike series, consacrée à ce moyen de transport novateur, s’est d’ailleurs tenue dans les vallées locarnaises, pour sa deuxième édition.

 

www.ascona-locarno.com ou www.worldebikeseries.com

 

LILA ERARD

Publicité