Sierre et Anniviers

EN BREF

Les dernières nouvelles du val d’Anniviers

1

DÉCOUVRIR

Sierrois et Anniviards racontent leur région, soudée par les liens sacrés de la transhumance

2

DÉVOILER

En Anniviers, la vache ne fait pas que brouter l’herbe ou combattre. Elle est aussi un outil d’intégration sociale

3

RENCONTRER

À Grimentz, Jean Vouardoux veille sur le vin du Glacier, qui vieillit lentement dans la fraîcheur des caves

4

ADMIRER

Un portfolio pour découvrir en noir et blanc la beauté d’une région qui a conservé son caractère sauvage

5

RACONTER

Notre récit graphique exclusif vous propose d’entrer au cœur de l’une des traditions valaisannes les plus secrètes: le fromage des morts

6

EXPLORER

Dix bons plans pour découvrir le val d’Anniviers en marchant, en courant, en pédalant ou en sautant... dans le vide!

7

SAVOIR

Dans tout le Valais romand, le patois est la langue qui exprime le mieux la vie d’autrefois sur l’alpe. Florilège

8

SAVOURER

Miel, fromage ou eaux-de-vie: les produits du terroir anniviard valent amplement le détour. Sélection

9

BOIRE UN VERRE

Le plein d’idées pour boire, manger et dormir à Sierre et dans le val d’Anniviers

10

SE RESTAURER

Le plein d’idées pour boire, manger et dormir à Sierre et dans le val d’Anniviers

11

DORMIR

Le plein d’idées pour boire, manger et dormir à Sierre et dans le val d’Anniviers

12

DÉCOUVRIR

Le plein d’idées pour boire, manger et dormir à Sierre et dans le val d’Anniviers

13

ADMIRER

LE PORTFOLIO

 

Vignobles à perte de vue, cimes abruptes, glaciers immaculés. Des paysages grandioses pour s’en mettre plein la vue.

SIERRE, CITÉ DU SOLEIL

Avec 300 jours d’ensoleillement annuels, la quatrième ville du canton du Valais mérite son surnom de Cité du soleil. Ces conditions exceptionnelles expliquent aussi le dynamisme de sa production viticole. On n’y dénombre pas moins de 2500 propriétaires encaveurs! (Cliquez pour agrandir)

LE VILLAGE EN HAUT DE LA MONTAGNE

Perché à 1934 mètres d’altitude, entouré d’aroles et de mélèzes, Chandolin est l’un des plus hauts villages habités d’Europe. Des personnalités comme Ella Maillart, Corinna Bille ou Édouard Ravel y ont séjourné, attirés par le calme et la quiétude des lieux. Depuis les hauts de Chandolin, la vue sur les Alpes est spectaculaire. (Cliquez pour agrandir)

DU VIEUX BOIS ET DES GÉRANIUMS

On associe souvent Grimentz aux géraniums emblématiques qui ornent les balcons des chalets, dont certains sont plusieurs fois centenaires. La route menant de Vissoie au village n’a été oudronnée que dans les premières années du XXe siècle, ce qui explique que le développement du tourisme y a été relativement tardif. (Cliquez pour agrandir)

LES LACETS  DE NIOUC

Situé au-dessus de Sierre, ce tronçon de la route du val d’Anniviers est particulièrement sinueux. Difficile d’imaginer qu’en 2003, un convoi exceptionnel l’a emprunté pour transporter les pièces du futur téléphérique Grimentz-Zinal... (Cliquez pour agrandir)

IMPÉRIAL JOYAU D’ANNIVIERS

Culminant à 4221 mètres, le Zinalrothorn domine le val d’Anniviers, aux côtés du Weisshorn, de l’Obergabelhorn, du Cervin et de la Dent-Blanche. La vue sur la «Couronne impériale» est plus grandiose encore quand le ciel se charge de nuages, donnant au tableau une touche dramatique. (Cliquez pour agrandir)

GLACIER TRANQUILLE

Suspendu à la Pointe-de-Mourti, le glacier de Moiry est accessible en quelques minutes seulement depuis Grimentz. Cette proximité en fait un lieu idéal pour initier les novices à l’alpinisme. (Cliquez pour agrandir)

TOUS AU LAC DE MOIRY!

Les raisons de monter au lac de Moiry sont nombreuses. Certains s’y rendent uniquement pour le plaisir d’admirer ses eaux couleur émeraude, d’autres en font le tour à pied ou alors ils le longent pour aller plus loin, plus haut. Par exemple vers la cabane de Moiry ou vers celle des Becs-de-Bosson. (Cliquez pour agrandir)

LA VIE AU GRAND AIR

Chaque année, de mi-juin à fin août, des chevaux en pension pâturent librement dans la réserve naturelle du vallon de Réchy. Durant l’estivage, fractionné en plusieurs parties, ils passent quelques semaines sur les hauts de Vercorin, à l’abri de la chaleur et des moustiques qui sévissent en plaine. (Cliquez pour agrandir)

SYSTÈMES DE DÉFENSE

Du temps où les familles de la vallée vivaient en autarcie et où le pain de seigle était pour beaucoup la nourriture de base, la grange à blé faisait office de coffre-fort. Posés sur des pilotis, dits «pilets», et des pierres plates nommées palets, ces raccards étaient construits de manière à empêcher souris et autres rongeurs d’y entrer. (Cliquez pour agrandir)