AGRITOURISME

EN BREF

Zoom sur les nouveautés en lien avec l’agritourisme

1

FOCUS

L’agritourisme est en plein essor

2

REPORTAGE

Immersion dans le quotidien d’une exploitation des Préalpes fribourgeoises

dossier_sommaire

DOSSIER

La Route du Cœur, 720 kilomètres à travers une Suisse de carte postale

4

INSOLITE

Découvrir le Jura bernois à dos de mulet

5

ÉVASION

Notre sélection de destinations agritouristiques

6

ÉVASION

Sous les soleils de Lavaux

7

ÉVASION

À cheval dans les Franches

8

ÉVASION

L’Entlebuch au (sur)naturel

9

ÉVASION

Authentique Emmental

10

ÉVASION

Le goût du Zürioberland

11

SAVEURS

Les délices du terroir valaisan

12

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans les cantons de Genève, de Vaud et en région lémanique

19

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans les cantons du Jura et de Fribourg

17

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi en région bâloise et canton de Berne

16

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans l’Oberland bernois et le canton d’Argovie

adresses_lucerne_sommaire

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans le canton de Lucerne et les régions des Quatre-Cantons et zurichoise

adresses_zurich_sommaire

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi en Suisse orientale et dans le canton du Valais

adresses_valais_sommaire

BONNES ADRESSES

Pour un séjour réussi dans les cantons des Grisons et du Tessin

adresses_tessin_sommaire

DOSSIER

EN BREF

Zoom sur les nouveautés en lien avec l’agritourisme.

LE PAYSAGE DE 2019

 

Tous les ans, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage désigne le Paysage suisse de l’année, en tenant compte de critères esthétiques, mais également de sa gestion et de l’implication des différents acteurs. Cette année, ce sont les forêts marécageuses de l’Ibergeregg, massif vallonné de moyenne altitude au cœur du canton de Schwytz, qui ont été ainsi distinguées. Parce que ce paysage de marais ouverts entrecoupés de forêts de conifères a un charme nordique bien à lui et qu’il abrite une belle diversité de faune et de flore typiques. Et aussi parce que l’Oberallmeind Schwytz, propriétaire historique de la forêt, ainsi que les services cantonaux chargés de son entretien et de sa protection sont parvenus depuis dix ans à s’entendre de façon fructueuse pour concilier les intérêts de la protection de la nature, de l’exploitation forestière et du tourisme.

WEB-RÉALITÉ SUR LES ALPAGES

 

À l’origine, il s’agissait simplement d’animer un tantinet la page internet de la marque faîtière Fromage d’alpage suisse en offrant aux internautes un coup d’œil sur la vie sur l’alpe vue de l’intérieur. Lancé en 2010, le blog Histoires d’alpage, nourri du quotidien des exploitants – ses beaux côtés comme ses aspects les plus rudes –, a rapidement rencontré un succès considérable, au point d’être reconduit d’année en année. Avec l’inalpe de ce printemps, c’est la dixième saison des Histoires d’alpage qui a démarré; comme dans n’importe quelle téléréalité, on y retrouve des lieux familiers et des blogueurs des saisons précédentes, mais aussi de nouveaux intervenants venus des trois régions linguistiques de la Suisse. Un témoignage direct et étonnant sur un des fleurons de la culture agricole suisse.

Publicité

LA FERME, UN THÉÂTRE

 

Une soirée café-théâtre à la ferme, avec une scène montée dans l’étable, le fenil ou la grange, de vrais comédiens, une vraie pièce... et des délices maison concoctés par les exploitants de la ferme: en Suisse alémanique, la troupe itinérante Hof-Theater transhume chaque été d’une exploitation agricole à l’autre pour y présenter une pièce en lien avec le monde rural. Cette année, Wo die Hirschlein seufzen tournera ainsi d’Altnau à Wädenswil (ZH) – une piquante satire mettant en scène une veuve régisseuse d’un alpage, sa domestique et un beau garde-chasse chargé d’élucider une ténébreuse affaire de braconnage. Le tout en Schwytzertütsch dans le texte et relevé de chansons traditionnelles folkloriques et de yodel.

AGRITOURISME DE LUXE

 

La présence d’un stand Airbnb au Salon de l’agriculture de Paris, l’an dernier, avait surpris plus d’un visiteur. «Nous souhaitons soutenir les agriculteurs qui se diversifient et proposer à terme 20 à 25% de notre offre de logements en zone rurale», expliquait alors le directeur général de l’entreprise pour la France. De fait, l’agritourisme intéresse de plus en plus de grands acteurs de la branche; en Grande-Bretagne, en Italie ou au Portugal, pays dans lesquels le concept est rodé depuis des décennies, on trouve même de plus en plus d’établissements conjuguant luxe hôtelier et contexte agricole – il est vrai plus ou moins authentique. Une piscine dans un hangar, un spa au milieu des oliviers et des activités agricoles présentées comme des animations: un dévelop­pement qui interpelle les spécialistes, tel l’anthropologue du tourisme Jean-Didier Urbain, qui y voit «une mutation vers une ruralité aménagée plutôt qu’un retour aux mains dans la terre». La tendance, pour l’heure, semble peu perceptible en Suisse. Affaire à suivre...

Publicité

MAISONS RURALES DE PAPIER

 

Avec la parution au mois d’avril du volume consacré au Jura bernois, la collection Maisons rurales de Suisse aligne désormais 38 tomes depuis le lancement de la série en... 1962. Ce projet historique et éditorial d’une ampleur peu commune a été lancé sous l’égide de la Société suisse des traditions populaires; de nombreux historiens et spécialistes du patrimoine y ont participé, contribuant à former une sorte de catalogue raisonné du patrimoine architectural paysan suisse, chaque canton faisant l’objet d’au moins un volume, plus fréquemment de plusieurs, à l’instar de Berne, du Valais ou du canton de Vaud (4 volumes chacun). En décembre, l’ouvrage consacré à Soleure viendra clore la collection, et donc le projet dans son ensemble.

Publicité

UN SEUL SÉSAME POUR DÉGUSTER DANS TOUT LE VALAIS

 

L’œnotourisme est une tendance forte, et tant les instances touristiques que les acteurs du monde vitivinicole rivalisent d’efforts et d’imagination pour concevoir des synergies tentatrices entre leurs deux univers. En Valais, partant du constat que les visiteurs venus de l’étranger passent plus volontiers la porte d’entrée des encaveurs si on leur en facilite l’accès, l’Office du tourisme et l’organisme de promotion œnotouristique Vinum Montis se sont mis d’accord pour proposer un carnet de dégustation donnant accès à 27 caves et vinothèques dans tout le canton. Pouvant être utilisé durant toute l’année, le Valais Wine Pass coûte 49 francs. Il comporte dix coupons dont chacun peut être échangé contre un verre de vin, assorti des explications ad hoc. Le plus grand canton viticole de Suisse devient ainsi le premier à proposer un sésame valable dans tout son vignoble.

Publicité

LES SUISSES FANS DU BRUNCH

 

D’origine anglo-saxonne (le mot est une contraction des vocables breakfast, petit-déjeuner, et lunch, déjeuner), le brunch dominical a séduit les Helvètes au point de se glisser parmi les traditions liées à notre fête nationale... C’est ainsi que, depuis vingt-sept ans, les paysannes et les paysans suisses invitent la population à fêter le 1er Août autour d’un brunch à la ferme, où les produits du terroir, la convivialité et le savoir-faire tradi-tionnel sont mis en avant comme autant de valeurs fondatrices. Avec un succès qui ne se dément pas, tant du côté des exploitations agricoles que de celui des participants: l’an dernier, ils étaient 360 agriculteurs à mettre ainsi le couvert, et quelque 150’000 participants à venir s’installer à leur table; pour 2019, les organisateurs tablent sur des chiffres similaires. Cet engouement constant les a d’ailleurs incités en 2017 à publier un cahier des meilleures recettes paysannes de brunch, gratuit et disponible dans les trois langues officielles.

Publicité

UNE APP TRÈS FLEURIE POUR LES BALADES

 

Pourquoi la glycérie striée est-elle venue d’Amérique en Europe, comment l’ophrys frelon trompe-t-il les abeilles, pourquoi le gui était-il une plante sacrée pour les Celtes, ou encore pour quelle raison les chenilles d’azuré tombent-elles soudain de la gentiane des marais et se laissent-elles nourrir par les fourmis... Ces deux dernières années, 18’000 personnes ont déjà utilisé l’application gratuite Flower Walks sur 47 parcours botaniques pour en connaître davantage sur la diversité biologique de notre pays. Dès ce printemps, douze autres itinéraires et encore près de cent nouveaux portraits d’espèces sont venus enrichir l’appli développée par feldbotanik.ch et Pro Natura. Sur les parcours, les plantes observées le long du chemin sont signalées aux utilisateurs grâce à la fonction GPS et des informations leur sont délivrées. Disponible en français, en allemand et en italien, pour Android ou iOs, un outil ludique et performant pour explorer la diversité botanique en Suisse.

LE MEILLEUR ANTISTRESS

 

La proverbiale et très hypothétique lenteur helvétique serait-elle en réalité une zen attitude nourrie de notre passion pour la randonnée? Une étude internationale comparative mandatée par Suisse Tourisme, à laquelle ont participé quelque 5340 personnes en Suisse, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, montre en tout cas que si la Suisse est des cinq pays celui où les gens ressentent le plus souvent les effets du stress (76% des participants disant y être soumis), seuls 53% des Helvètes interrogés estiment en souffrir dans leur santé. Or, selon la même enquête, nos compatriotes, plus grands amateurs de balade des populations examinées (59% se disent «randonneurs actifs», soit près de trois fois plus que les Britanniques qui lambinent à 21%), pointent justement la balade dans la nature comme le moyen le plus efficace de se détendre qu’ils préfèrent même au cocooning. n

Publicité