Détour

couv

Ascona-Locarno

Consulter

cover_04

Vallée de Joux


cover_03

Parc du Doubs

Consulter

cover_02

Alpes vaudoises

Consulter

cover_01

Sierre et Anniviers

Consulter

cover_04

CHÈRES LECTRICES, CHERS LECTEURS,

Vous tenez entre les mains le quatrième numéro de notre magazine Détour. Cette édition est entièrement consacrée à la vallée de Joux, pour laquelle nous avons eu un véritable coup de cœur. Entourée de doux pâturages, constellée de forêts et de lacs, cette région séduira tous ceux qui sont, comme nous, en quête d’authenticité. Contrairement à bien d’autres, elle n’a pas fait l’objet d’un développement irraisonné. À tel point, parfois, que le temps semble s’y être arrêté.

Mais gare aux apparences, souvent trompeuses! Derrière les portes des manufactures horlogères, des femmes et des hommes perpétuent une tradition plusieurs fois centenaire qui mêle savoir-faire artisanal et technologie de pointe. Née dans la Vallée, cette industrie de précision n’y a pas seulement ses racines, mais également un avenir. La plupart des marques qui ont écrit les premiers chapitres de son histoire y sont toujours implantées, continuant d’alimenter la légende, chez nous comme à l’étranger.

Ils sont moins connus, mais tout aussi mythiques pour les initiés: les épicéas du Risoud ont la réputation de donner naissance aux plus beaux bois d’harmonie du monde. Ces arbres, qui servent à la fabrication d’instruments de musique, mais aussi d’appareils acoustiques sophistiqués, doivent être au préalable repérés dans de vastes forêts. Il faut ensuite attendre le bon moment pour les cueillir, comme des fruits précieux. Ce processus peut durer plusieurs années.

Les bois sont un coffre-fort, mais aussi une barrière naturelle séparant la Suisse de la France. Durant la Seconde Guerre mondiale, cette ligne de démarcation a fait l’objet de nombreux trafics. Pièces d’horlogerie, fromages, tabac, mais aussi réfugiés ont transité en toute discrétion de part et d’autre de la frontière grâce aux contrebandiers. Certains d’entre eux ont d’ailleurs été reconnus plus tard comme des héros pour avoir sauvé des vies. Longtemps isolée, en particulier l’hiver, la Vallée est aujourd’hui reliée à la plaine par plusieurs axes routiers ainsi que par la ligne de chemin de fer Le Brassus – Vallorbe. On vient de toute la Suisse et de plus loin encore pour profiter de son lac qu’on compare volontiers à un joyau enserré dans son écrin de nature préservée, qui offre d’innombrables possibilités pour randonner, pédaler ou naviguer.

Outre les horlogers et les luthiers, la Vallée compte une belle palette d’artisans du terroir. Les spécialités locales sont nombreuses et il faut se donner la peine de les découvrir, tout comme les habitants du cru. Ici, les portes ne s’ouvrentpas sur commande et c’est tant mieux. Il faut du temps pour apprivoiser ces caractères dont on dit qu’ils sont à l’image de la région: rudes et authentiques.

Fruit d’un long travail, ce magazine a mûri plusieurs mois avant d’être réalisé. Sans prétendre atteindre le niveau de complication de certains mécanismes horlogers, sa fabrication a nécessité de longues heures de réflexion et de travail. Entre petites et grandes histoires, nous espérons que vous apprécierez la mécanique qui s’agence au fil des pages de ce Détour par la vallée de Joux, que nous avons eu tant de plaisir à réaliser.

Alexander Zelenka

Rédacteur en chef

Test
Avertissement

Il semblerait que votre navigateur soit obsolète.

Afin de pouvoir profiter pleinement de l'expérience utilisateur de notre magazine numérique, nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur.